Les énergies renouvelables

Aujourd’hui les sources d’énergies utilisées sont majoritairement non-renouvelables (environ 80% de la consommation mondiale). L’utilisation des énergies fossiles entraine la production de gaz à effet de serre, qui sont la principale cause du réchauffement climatique et entraine des problèmes environnementaux comme les sécheresses, les inondations ou l’acidification des océans. Or, le transport aérien consomme entre 4,5 et 5 millions de barils de kérosène chaque jour et l’aviation civile est responsable de 3% des émissions de CO2 mondiale (660 millions de tonnes de CO2 au total). C’est pour cela qu’il devient nécessaire de réduire les émissions de CO2 causées par l’aviation ; c’est là qu’interviennent les énergies renouvelables.

Il en existe plusieurs comme les énergies éoliennes, marémotrices, solaires, hydrauliques, ainsi que la biomasse et les biocarburants. Dans le domaine de l’aéronautique certaines de ces énergies vont être privilégiées :

– Le solaire :

Les panneaux solaires sont utilisés pour transformer la lumière du soleil en énergie électrique, ils sont composés de cellules photovoltaïques. Elles sont constituées de deux couches de silicium (qui est un matériau semi-conducteur). La première est dopée positivement avec du bore car il possède moins d’électrons que le silicium, la couche inférieure est dopée négativement avec du phosphore qui possède moins d’électrons que le silicium. Lorsqu’un photon (composant de la lumière) arrive, il modifie les charges électriques ; les atomes chargés positivement se dirigent vers la zone dopée positivement et les atomes chargés négativement se dirigent vers la zone dopée négativement. Cette différence crée donc une tension électrique.effet-photovoltaique

– Les biocarburants : 

Les biocarburants sont des carburants obtenus à partir de matière première végétale (ils sont généralement mélangés à des carburants classiques). Il existe deux filières de biocarburants : essence et gazole. La première est créée à partir du sucre et de l’amidon contenu dans certains végétaux (canne à sucre, betterave, blé, maïs, pomme de terre) qui est ensuite fermenté pour se transformer en éthanol que l’on mélange ensuite à de l’essence. biocarburant-essence

Pour la seconde il faut transformer des huiles végétales (colza ou tournesol) en EMAG (esters méthyliques d’acides gras) grâce au procédé de transestérification : l’huile est mélangée à un alcool (éthanol ou méthanol) avec un catalyseur (accélère la réaction sans y participer),ce qui permet de réduire sa masse molaire, sa viscosité et sa densité. Elle est ensuite mélangée au gazole.

biocarburant-diesel

 

Il existe aussi des biocarburants de seconde et troisième génération élaborés à partir de matière première végétale mais non-alimentaire (paille, bois, algues). Ces biocarburants ont des bilans énergétiques plus favorables et limite l’utilisation des sols agricoles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s